Billetterie en ligne
culturetvous.fr : concerts, spectacles, événements...
Imprimer Partager
Vous êtes ici
Accueil /// Actualités
retour

/// Portrait

OSCAR WILDE, DU SUCCÈS À LA PRISON

Publié le 11 Février 2020

À la suite de la publication du Portrait de Dorian Gray, son auteur, Oscar Wilde, est condamné à deux années de prison pour avoir mené une vie identique à celle de son personnage.

  • Zoom sur

    Oscar Wilde

    On dit du Portrait de Dorian Gray qu’elle est l’œuvre la plus autobiographique d’Oscar Wilde. Est-ce parce qu’elle est aussi la plus scandaleuse ? Dorian Gray, dandy à la jeunesse éternelle, s’adonne à toutes sortes d’expériences dans une quête de plaisir et de beauté, où la morale a bien peu de place. Voilà largement de quoi choquer la prude Angleterre de l’époque victorienne. Pourtant, aux yeux de l’écrivain à succès, son personnage ne fait qu’incarner ses positions sur l’esthétisme, celui-ci devant toujours primer sur l’éthique. Mais l’opinion publique ne l’entend pas de cette oreille et, dans une campagne de presse, les journalistes se déchaînent, reprochant à l’idole d’autrefois de ne pas préférer une vie droite à la décadence de son personnage.

    Une personnalité complexe

    Cette privation de liberté a cependant raffermi son goût pour la vie : en Normandie, où il s’est installé, Wilde retrouve son amant Lord Alfred. Ensemble, ils partent à Naples, où ils mènent grand train malgré des revenus limités. De retour à Paris, Oscar Wilde mène une vie de débauche. À 46 ans, l’auteur du Portrait de Dorian Gray meurt dans un dénuement complet, mais une coupe de champagne à la main. La tradition voulait que l’on en offre aux convertis au catholicisme, comme ce fut le cas de Wilde à la veille de sa mort. Paradoxe qu’il commenta ainsi : " Je meurs comme j’ai vécu, largement au-dessus de mes moyens. " Mais l’écrivain britannique n’est-il que cela, scandales et décadence ? Il semblerait que le personnage soit plus compliqué. C’est lui, par exemple, qui est à l’origine d’une amélioration des conditions d’incarcération des enfants, enfermés 23 heures sur 24. Il a également écrit au parlement pour dénoncer le traitement physique infligé aux prisonniers.

    C’est cet esprit brillant, provocateur et complexe que vous aurez le plaisir de retrouver dans une adaptation théâtrale du Portrait de Dorian Gray, le vendredi 28 février 2020, à l’Espace Nino Ferrer de Dammarie-lès-Lys.

    Claire Teysserre-Orion (agence TOUTécrit)

    Une vie hors norme

    Ce qui scandalise d’autant plus, c’est l’homosexualité assumée d’Oscar Wilde. Certes, le jeune homme s’est bien marié pour faire taire les rumeurs, mais il rencontre, en 1891, Lord Alfred Douglas de Queensberry. Ensemble, ils mènent une vie débridée et affichent publiquement leur liaison. Le père du jeune marquis ne peut supporter cette union et provoque l’écrivain à plusieurs reprises. Ce dernier décide de le poursuivre pour diffamation, mais Queensberry se retourne contre Wilde, qui fait face à son premier procès, suivi de deux autres. Cette saga judiciaire mènera à sa condamnation pour « humeurs déviantes », en vertu d’une loi qui, depuis 1885, interdit l’homosexualité. Deux années de prison suffiront-elles à calmer les ardeurs de celui qui affirmait que " le seul moyen de se délivrer d’une tentation est d’y céder " ? Certes, ce séjour derrière les barreaux a cassé son envie d’écrire et il ne publiera plus qu’une seule œuvre sur le thème, justement, de l’enfermement.