Billetterie en ligne
Carole Bordes
Imprimer Partager
Vous êtes ici
Accueil /// Actualités
retour

/// Portrait

CAROLE BORDES, DANSEUSE EN ÉMOI

Publié le 3 Septembre 2019

En à peine plus de dix ans, la chorégraphe a signé plusieurs créations expérimentant l’engagement total du corps et de l’esprit, avec sa compagnie qu’elle a baptisée "Émoi". Portrait d’une artiste talentueuse et engagée, dans le cadre du spectacle Élan Naïf à l'Espace Nino Ferrer de Dammarie-lès-Lys, le 18 octobre 2019.

  • Portrait

    Des influences...

    Fondatrice de la compagnie Emoi, en 2008, Caroline Bordes revendique l’influence de deux immenses danseurs du XXe siècle. Il y a d’abord Pina Bausch. Disparue il y a 10 ans, cette chorégraphe de renommée internationale est l’ambassadrice de ce l’on a appelé la "danse-théâtre", qui met en scène des personnages et des situations dramatiques. Il y a ensuite Matt Mattox. Moins connu du grand public, cet artiste américain débute dans les années 40 à Broadway avant de devenir l’une des figures incontournables de la "danse-jazz" qu’il enseignera à Londres et en France où il s’installera dans les années 70.

    C’est à la méthode Mattox, qui fonde son apprentissage sur le rythme, que Carole Bordes a été formée. Elle prêtera ensuite ses talents d’interprète à des chorégraphes contemporains tels que Serge Keuten, Géraldine Armstrong ou Laura Scozzi, sur les plus grandes scènes d’opéra françaises et européennes. Puis la création de sa propre compagnie lui offrira l’opportunité d’explorer de nouveaux horizons avec d’autres artistes qu’ils soient danseurs, scénographes ou compositeurs.

    Des spectacles qui parlent à l’esprit...

    Ainsi, avec le chorégraphe Jean Gaudin, elle conçoit "R pour Résistance" qui s’inspire du concept philosophique de résistance développé par Gilles Deleuze, comme forme de création et de surpassement face à nos immobilismes. Dans "Élan Naïf", Carole Bordes s’intéresse à la spontanéité et au désir, seuls capables, selon elle, de décorseter le self-control dans lequel nos sociétés modernes nous enferment.

    Transmettre à de nouveaux publics

    Dans le cadre de son travail, Carole Bordes conçoit aussi des actions artistiques et culturelles autour de ses créations. Ainsi, depuis trois ans, elle anime "Créer, c’est résister", auprès de jeunes issus des quartiers prioritaires, en Seine-et-Marne (et notamment ceux de Melun Val de Seine), ou encore "Rêver le monde" en amont de "L’élan Naïf", au centre de réadaptation de Coubert. Son ambition, dit-elle, est de " faire découvrir la danse dans sa diversité, regarder son environnement autrement et porter un autre regard sur soi ".

    La compagnie Émoi se produira le vendredi 18 octobre à l’Espace Nino Ferrer de Dammarie-lès-Lys, et le samedi 30 novembre à l’Escale de Melun pour Dans’Hybrid #2.

    Claire Teysserre-Orion (TOUTécrit)