Billetterie en ligne
© Pierre Francois
Imprimer Partager
Vous êtes ici
Accueil /// La saison culturelle
retour

/// Théâtre

Une maison de poupée

d’Henrik Ibsen, avec Florence Le Corre

La pièce écrite par l’auteur norvégien Henrik Ibsen à la fin du 19e siècle est un huis clos dramatique et glaçant, aux airs de thriller hitchcockien. Dans cette adaptation de Philippe Person, tout participe à la création d’une atmosphère inquiétante et d’une tension palpable entre les personnages.

  • Présentation

    Nora Hemler est l’épouse parfaite : toujours souriante, discrète, aimante et... obéissante. Torvald, son mari, la considère comme une simplette à ne pas vraiment prendre au sérieux et se contente de lui donner des directives. Tout va donc pour le mieux chez les Hemler, dans leur maison de poupée où tout est propre, lisse et fidèle aux conventions de la Norvège du 19e siècle.

    Au-delà des apparences

    Mais le soir de Noël, un maître-chanteur vient bousculer la tranquillité de cette famille parfaite et ébranler l’équilibre de leur vie, menaçant ainsi de révéler le terrible secret de Nora. Car, derrière la soumission excessive et le silence obligé de la jeune femme, se cache un rêve de liberté et d’émancipation à mille lieues des moeurs de l’époque. Une pièce résolument moderne, intense et scandaleuse, sur fond de féminisme assumé.

    Une saison de femmes

    À l’occasion de cette nouvelle saison, les programmateurs ont souhaité affirmer leur collaboration en développant une thématique commune. Leurs sensibilités se sont retrouvées pour donner à voir et à entendre plusieurs parcours de femmes. Différentes époques, différentes histoires bouleversantes dans lesquelles chacun peut se reconnaître.

  • Complément d’infos

    Adaptation et mise en scène : Philippe Person
    Avec : Florence Le Corre, Nathalie Lucas, Philippe Calvario et Philippe Person

  • Dans la presse

    « Tous les comédiens sont bons. Florence Le Corre (Nora) est excellente ». TT Télérama
    « Tendu, infernal, impitoyable. Florence Le Corre est une excellente Nora ». Webthéâtre
    « Quelle grâce tout de même ! Quel miracle ! » Le Monde