Billetterie en ligne
https://www.streetnsports.fr
Imprimer Partager
Vous êtes ici
Accueil /// Actualités
retour

/// Zoom sur

Les étoiles de la Toile

Publié le 26 Septembre 2018

YouTubeur est un métier d’avenir ! Quelques humoristes talentueux ont construit leur notoriété sur les réseaux sociaux. Leur succès 2.0 leur ouvre en grand les portes de la télévision et des salles de spectacle.

  • Ils s’appellent Cyprien, Norman ou Rémi Gaillard. Ils sont vidéastes, comédiens et humoristes. Ils nous font rire depuis des années, mais leur scène à eux, c’est la Toile. Loin des écoles d’art dramatique, ces petits surdoués du Net ont commencé, souvent très jeunes, à poster des vidéos devenues virales sur les réseaux sociaux. Leur talent indéniable leur a permis de rencontrer un succès fulgurant sans passer par le chemin de croix des castings.


    L’humour avant la mode

    Les YouTubeurs ont pris leur destin en main. Ils s’autoproduisent et maîtrisent la diffusion de leurs créations. Si les spécialistes de la mode et du maquillage captent l’audience, à l’instar d’EnjoyPhoenix pour ne citer que la plus célèbre, ce sont bien les humoristes qui leur tiennent la dragée haute, pour notre plus grand plaisir. Ceux-ci dissèquent nos petits travers quotidiens jusqu’à la caricature pour mieux nous amuser. Comment ne pas s’esclaffer quand Norman évoque les vicissitudes des barbecues en faisant un gimmick de l’exclamation incontournable de l’été : « on s’fait un barbuc ? » Depuis 2008, sa chaîne Norman fait des vidéos séduit près de 7,5 millions d’abonnés quand l’audience de Cyril Hanouna sur C8 atteint 1,35 million de téléspectateurs.

    Au hit-parade, Norman est devancé sur la première marche du podium par Cyprien, qui compte près de 9 millions d’abonnés. Son premier court-métrage, Technophobe, a été vu par plus de 23 millions d’internautes ; des chiffres à donner le vertige aux Majors du divertissement ! Dans une vidéo récente, il se moque allégrement des “instagrameuses”, dont la vie tourne autour des selfies et de la quête de likes. Sa satire, trempée dans le venin de la causticité, érige YouTube en média de la créativité, alors qu’Instagram ne serait qu’un espace dédié au paraître.

    Du côté des femmes, deux humoristes ne sont pas en reste : Andy, avec son physique d’actrice hollywoodienne, se moque des codes de la féminité, tandis que Natoo parodie les émissions de confessions avec espièglerie. À deux, elles cumulent plus de 440 millions de vues !


    Rester au cœur de la Toile

    La télévision et le monde de l’édition ne s’y trompent pas : ils sollicitent les YouTubeurs pour surfer avec eux sur la vague de leur réussite et leur proposent des rôles dans des séries, des doublages de dessins animés ou l’écriture de livres inspirés de leurs univers. Ainsi, Squeezie, le spécialiste des jeux vidéo en ligne aux 6 millions de followers, a signé Tourne la page, un ouvrage à son image, déjanté et coloré.

    Cependant, rares sont les humoristes du Net qui cèdent aux sirènes du petit écran ou se risquent à jouer la carte de la diversification. Leur chaine personnelle leur garantit en effet une liberté de ton et des revenus pouvant aller jusqu’à 50 000 € par mois. Jamais l’indépendance n’a été si lucrative…

    Kévin Razy, comédien et humoriste de talent, a également su se servir de YouTube pour décupler la visibilité de ses sketchs. Ses parodies de la série Bref, remises à la sauce antillaise, Bwef, ont fait un carton sur le Web.

    Retrouvez-le dans son dernier one man show sur la scène du Mas au Mée-sur-Seine le mardi 2 octobre à 20h30.

     

    Par Virginie Girod (TOUTécrit)