Billetterie en ligne
http://www.version-klassik.fr/romantique/strauss-johann-fils/
Imprimer Partager
Vous êtes ici
Accueil /// Actualités
retour

/// Portraits

Johann Strauss II, le fils prodige

Publié le 26 Avril 2018

Dans l'ombre d'un père talentueux, le compositeur autrichien a mis du temps avant de se faire un prénom. Si on lui doit le célébrissime Beau Danube bleu, il a aussi laissé une œuvre considérable que l'Orchestre symphonique de Schwieberdingen revisitera le 13 mai prochain à Vaux-le-Pénil.

  • Que ce soit en toile de fond d’innombrables scènes de films (Le Salaire de la Peur, Titanic, Marius et Jeannette, Le Cœur des Hommes 3 notamment), dans la série Les Simpson ou encore à bord des vols Asturien Airlines, Strauss est incontournable. Le compositeur autrichien fait partie des plus joués et des plus repris au monde, dans la lignée d’un père virtuose, lui aussi, et dont il porte le même prénom. Célèbre pour La Marche de Radetzky (1848), point d’orgue du concert du Nouvel an à Vienne, Johann Strauss "père" s’est pourtant longtemps opposé à ce que son rejeton, né en 1825, empreinte le même itinéraire artistique que lui. Si le jeune Johann s’imagine volontiers travaillant ses arpèges, son père a de plus hautes ambitions pour lui, quitte à user du fouet pour le dissuader de la musique. Une intransigeance qui, loin de détourner le futur prodige de sa passion, exacerbera sa ténacité. Il devra cependant attendre que le patriarche quitte le domicile familial, rattrapé par ses infidélités, pour s’adonner pleinement à son art. Doué, Strauss junior produit alors ses propres valses et opérettes dans toute l’Europe et même en Amérique. Mais ce n’est qu’après la mort de son géniteur, en 1849, qu’il deviendra, comme libéré du joug paternel, le compositeur autrichien le plus connu du monde.

    Le Beau Danube bleu...

    Dès lors, l’aura de Strauss ne cessera de grandir avec des œuvres telles que Tritsch-Tratsch-Polka (1858) puis Le Mouvement perpétuel (1861). Six ans plus tard, sa nouvelle composition (qui est aussi sa première œuvre chantée), en l’occurrence Le Beau Danube bleu, reçoit un accueil mitigé lors de sa représentation inaugurale en février 1867. Ce n’est que quelques mois plus tard, durant l’Exposition universelle à Paris, que l’œuvre - ajoutée au programme à la dernière minute - fera un triomphe. Johann Strauss composera ensuite La Chauve-Souris (1874) et surtout la Valse de l’Empereur (1889), qui a largement contribué au succès du film Sissi. Il meurt dix ans plus tard, en pleine lumière. Encensé par ses contemporains (Verdi le décrit comme son "collègue le plus doué"), il sera parvenu à faire de la valse un style musical à la fois populaire et apprécié de l’aristocratie européenne. Une prouesse !

    L’Orchestre symphonique de Schwieberdingen sera en concert à la Ferme des Jeux de Vaux-le-Pénil, dimanche 13 mai à 11h.

    Thomas Leroy (TOUTécrit)