Billetterie en ligne
culturetvous.fr : concerts, spectacles, événements...
Imprimer Partager
Vous êtes ici
Accueil /// Actualités
retour

/// Zoom sur

Du fou rire au film culte

Publié le 21 Mai 2018

Chaque année, une centaine de comédies sort sur les écrans français. Mais seules quelques-unes parviennent à séduire durablement le public.

  • Le Corniaud, La Grande Vadrouille, Les Visiteurs ou encore Le Dîner de cons et Bienvenue chez les Ch’tis (20,5 millions d’entrées) sont autant de cartons du box-office. Pour autant, les raisons qui peuvent en expliquer le succès relèvent de l’irrationnel. Les Bronzés en est l’un des exemples marquants. Régulièrement programmé à la télévision, le film enregistre systématiquement des records d’audience. « Je ne saurais dire pourquoi, reconnait son réalisateur Patrice Leconte. S’il y avait une recette, on serait nombreux à vouloir se l’approprier. Ce qui était gonflé à l’époque, c’était cet humour générationnel, émanation du café-théâtre qui dépoussiérait l’esprit burlesque d’avant ». La troupe de Thierry Lhermitte et Christian Clavier a ainsi relégué à l’arrière-plan les tribulations de Pierre Richard et les mimiques de Louis de Funès.

    En phase avec son public

    Le dénominateur commun des comédies inoubliables réside probablement dans la modernité des dialogues et des mises en situation. La Cité de la peur, avec ses gags absurdes et potaches, a dérouté de nombreux spectateurs. Claude Berri avait d’ailleurs refusé de le réaliser, jugeant le scénario "un peu débile." Ou peut-être trop avant-gardiste ? Le film est désormais une référence pour toute une génération, biberonnée à l’humour américain des années 80 et 90. Plus récemment, la satire belge Dikkenek, ovni cinématographique, est devenue une œuvre adorée par les moins de 30 ans pour la folie qui en émane et les provocations du héros interprété par François Damiens.

    Repousser les limites de l’humour

    Une comédie passerait-elle à la postérité parce qu’elle est transgressive ? Dans La Vie de Brian, les Monty Python ont parodié l’existence de Jésus. OSS 117 a su se moquer du chauvinisme français, tandis que Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? a caricaturé, avec réussite, les préjugés racistes et communautaristes. Une forme de catharsis dans un climat ambiant parfois très anxiogène.
    L’ambiance sera, quant à elle, conviviale et festive lors des séances de cinéma en plein air qui auront lieu du 2 juin au 7 septembre dans 9 communes de l’Agglomération.

    Retrouvez toute la programmation du Ciné Plein Air ici!

     

    Thomas Leroy (TOUTécrit)