Billetterie en ligne
D'après un tableau de Zacharie Heince
Imprimer Partager
Vous êtes ici
Accueil /// Actualités
retour

/// Portraits

Cyrano : un pied de nez aux conventions

Publié le 21 Mai 2018

Désespéré par de précédents échecs, Edmond Rostand se pique d’écrire, en 1897, une pièce qui ne reprend rien aux usages littéraires d’alors. Son œuvre lui vaudra de passer de l’ombre à la postérité.

  • " C’est un roc ! c’est un pic... c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ?... c’est une péninsule ! " Avec son nez protubérant, ses traits disgracieux mais son admirable éloquence, Cyrano de Bergerac est un personnage de roman. Que ce soit à la Comédie française ou au cinéma, l’impétueux bretteur a été interprété par les plus grands, tels Jean Piat, Jacques Weber, Jean-Paul Belmondo ou Gérard Depardieu. Le succès de la pièce, qui fut jouée pour la première fois en 1897 à Paris, ne n’est jamais démentie depuis. Et dire qu’Edmond Rostand pensait qu’elle serait un nouvel échec.  

    A contre-courant

    Comme le raconte Edmond d’Alexis Michalik, qui retrace la génèse de l’œuvre côté coulisses, rien ne prédisposait le dramaturge à passer à la postérité. Alors qu’il n’est qu’un auteur obscur, il parvient à intéresser le célèbre comédien Coquelin avec les grandes lignes de son nouveau projet littéraire, inspiré d’un écrivain du XVIIe siècle, Savinien de Cyrano de Bergerac (dont on ignore s’il avait un nez proéminent). Rostand imagine une pièce à contre-courant du théâtre de boulevard de Feydeau et des œuvres naturalistes d’Ibsen, pourtant très prisés à l’époque. Contre toute attente, sa fresque romanesque, qui exalte la grandeur de l’âme humaine et la pureté des sentiments amoureux, est un triomphe. "Le théâtre de la Porte-Saint-Martin a retenti dans l’après-midi d’hier de clameurs d’enthousiasme comme il n’en avait probablement jamais entendu !", peut-on lire dans Le Figaro au lendemain de la représentation.

    Le chantre de la liberté

    Dans le contexte sulfureux de l’affaire Dreyfus, la pièce a l’effet d’une rafraîchissante parenthèse. Cyrano, ce poète au destin tragique, devient le chantre de la liberté et trouve sa place aux côtés des grands héros de la littérature française que sont D’Artagnan (Les Trois Mousquetaires, Alexandre Dumas) et Jean Valjean (Les Misérables, Victor Hugo). Depuis, Hercule Savignien de Cyrano de Bergerac est devenu ce personnage légendaire que tout comédien rêve d’interpréter.


    La représentation d’Edmond est programmée le samedi 2 juin à l’Espace Pierre Bachelet.


    Par Thomas Leroy (TOUTécrit)