Billetterie en ligne
culturetvous.fr : concerts, spectacles, événements...
Imprimer Partager
Vous êtes ici
Accueil /// Actualités
retour

/// Portraits

Anne Itzykson

Publié le 29 Septembre 2017

Cartonnage, vitraux, céramique, broderie... Anne Itzykson fait preuve d’une grande créativité et d’un réel don pour les activités manuelles... quelles qu’elles soient ! L’histoire d’une sensibilité innée ?

  • Artiste dans l’âme, vous avez pourtant suivi des études très éloignées du monde des arts...

    En effet ! Après un bac scientifique, j’ai intégré l’École des praticiens du commerce international (EPSCI), à Cergy-Pontoise. À 21 ans, lors du séjour d’études aux États-Unis, j’ai eu la chance de pouvoir m’initier à la sculpture, de la pratiquer de manière intensive et de découvrir les différentes techniques propres à cette discipline. Une expérience magique qui a confirmé mon premier coup de cœur, à l’âge de 16 ans, pour le modelage.

     

    Comment êtes-vous finalement devenue sculpteur à part entière ?

    Après mes études, j’ai un temps travaillé dans le secteur du commerce international, avant de me consacrer pleinement à ma passion. Parallèlement à un emploi d’hôtesse de l’air, j’ai suivi des cours du soir de sculpture. Rapidement, j’ai pu présenter mes trois premiers bronzes lors d’une exposition collective. La première d’une longue série... Récompenses et articles de presse ont ensuite suivi, et la galerie Caplain-Matignon m’a ouvert ses portes.

     

    Un mot sur votre travail ?

    J’essaie d’éviter la répétition... Ma production est donc variée en termes de formats comme de matériaux, du bronze au marbre, en passant par l’argile, la résine, le plâtre ou encore le verre. J’aime représenter les corps, les révéler dans toute leur beauté et leur expressivité, leur tendresse, sonder la vie qui les habite et l’insuffler dans la matière, elle-même vivante. Et si je me suis beaucoup consacrée à la figure féminine, je tends de plus en plus vers la représentation de l’enfance, une période où la joie et le bonheur sont très présents. J’ai développé un thème plus stylisé : les « jeux de jambes », en utilisant uniquement cette partie du corps pour exprimer diverses émotions, comme la joie ou la timidité. Certaines de mes oeuvres représentent également  des scènes de vie où de société. Et comme j’aime relever des défis techniques, je mélange des matériaux qui ne s’assemblent pas toujours… comme le verre et le bronze, par exemple. Autant de créations que vous pourrez découvrir lors du Salon de Lives !